• Accueil
  • > Recherche : lettre 400 medecins buzyn

Résultats de votre recherche

Le gouvernement n’a que faire des vies humaines…

Posté par snmh-fo le 7 décembre 2018

Paris, vendredi 7 décembre 2018

 Depuis des mois, les médecins et personnels hospitaliers, avec leurs syndicats alertent la ministre sur les risques encourus par les patients du fait des fermetures de lits d’hospitalisation, de blocs opératoires, de maternités, du fait des restructurations à marche forcée. La ministre de la santé refuse de répondre à la demande d’audience contenue dans la lettre ouverte qui lui a été adressée par 1500 médecins hospitaliers. Le gouvernement reste sourd et continue sa politique, tout comme il reste sourd à ceux qui depuis un mois sont dans la rue et réclament du président de quoi vivre normalement.

 

Les risques encourus par les patients, les décès et pertes de chances sont maintenant connus par tous. Les retards de prise en charge diagnostiques et thérapeutiques tant en chirurgie qu’en psychiatrie et en médecine se multiplient. Les blocs opératoires, soins intensifs, maternités et autres lits d’hospitalisations fermés pour des raisons budgétaires sont la conséquence de cette politique.

 

Monsieur Macron et Madame Buzyn annoncent une réforme du système de santé appelée « Ma santé 2022 ». Le contenu véritable de cette réforme est révélé par l’objectif d’économies supplémentaires de 1 milliard d’euros par an pendant 5 ans correspondant à la suppression de 30.000 postes dans la fonction publique hospitalière. Un collègue témoigne : «  dans mon CHU, le COPERMO (Comité interministériel de la Performance et de la Modernisation des établissements hospitaliers) nous a imposé la suppression de 400 postes pour obtenir des subventions nécessaires à l’équipement et la modernisation de l’hôpital. Maintenant que nous avons réalisé cet objectif, on nous en demande 400 supplémentaires dont des postes de PH. »

 

Le SNMH FO considère que l’action gouvernementale n’est en rien un redressement des hôpitaux mais bien au contraire une destruction organisée.

 

Une réforme des autorisations d’activité est annoncée pour déclasser une partie des hôpitaux non supports de GHT (Groupement Hospitalier de Territoire) et les transformer en hôpitaux dits « de proximité » qui n’auraient ni urgences, ni maternité, ni aucun plateau technique.

 

La suppression du concours de PH entrainera la disparition du statut et la mise sous contrat de performance économique de tous les médecins hospitaliers. Nous ne pourrions plus alors refuser des dispositions contraires à notre éthique, conscience et déontologie que voudraient nous imposer les directions et le gouvernement. Ce serait la fin de l’indépendance médicale constitutive d’une prise en charge conforme à la déontologie.

 

Les fermetures des structures hospitalières n’en seraient que décuplées. Aujourd’hui grâce à leur statut, les médecins peuvent encore dire « NON ».

 

Le SNMH FO appelle tous les médecins à résister, à se réunir et discuter de ce dont ils ont besoin, à exiger que les moyens soient immédiatement accordés et mis en œuvre pour soigner correctement la population.

 

Le SNMH FO soutiendra les actions indépendantes des médecins allant dans ce sens.

 

- Réouverture immédiate des lits et services fermés.

- Arrêt des restructurations et fermetures des lits, services et hôpitaux.

- Retrait du plan santé, retrait du plan d’économies

- Maintien du concours de PH et du statut

- Augmentation du nombre de médecins formés et des moyens alloués aux universités.

 Contact: snmh.fo@fosps.com 

Version PDF

Adhésion SNMH FO

 

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Réforme du système de santé pour masquer la destruction en cours

Posté par snmh-fo le 31 août 2018

Paris, vendredi 31 aout 2018

  Il nous est annoncé depuis plusieurs mois une réforme du système de santé dont l’objectif serait de résoudre en profondeur la crise qu’il subit en particulier à l’hôpital public.

 

  Cette crise due aux années d’austérité est alimentée par le gouvernement actuel. Comment croire que le plan d’économie de deux milliards en cours pourrait améliorer le système de santé ? Comment penser que les patients pourraient être mieux soignés avec des lits d’hospitalisation, des infirmières et des médecins en moins ?

 

  En France, ce sont des milliers d’agents hospitaliers, y compris des médecins dont les postes devraient être encore supprimés. Les soignants sont à bout. En plus des fermetures programmées, des services doivent désormais fermer de façon inopinée du fait d’arrêts-maladie, de démission, de défections d’intérimaires…

 

  Les services d’urgences ont subi tout l’été les conséquences de ces pénuries. Des lignes de garde et des services ont dû fermer aggravant la pression sur les structures restantes.

 

  Pour soigner les malades, nous avons besoin de lits et de personnel. Les limites sont déjà largement dépassées.

 

  Après Mesdames Bachelot et Touraine, Madame Buzyn continue d’expliquer qu’il s’agit d’un problème d’organisation, alors qu’il s’agit d’un problème de moyens. Comment hospitaliser quarante malades dans vingt lits…

 

  Les 1400 médecins qui ont signé la lettre ouverte à Mme Buzyn, les 175 médecins qui ont écrit à Mr Edouard Philippe se sont vu répondre par le directeur de cabinet du Premier ministre qu’il faudrait attendre les annonces de la réforme.

 

  C’est dès maintenant qu’il faut débloquer les moyens pour les hôpitaux.

 

  Le SNMH FO appelle les médecins à signer la lettre ouverte à Mme Buzyn et à s’organiser pour exiger de pouvoir soigner les patients.

  

Je signe la lettre ouverte

J’adhère au SNMH FO

 

 Version PDF

 

 

Contact : olivier.varnet@orange.fr

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Pas de Commentaires »

Lettre ouverte à mme Buzyn: un cri d’alarme de plus de 400 médecins hospitaliers

Posté par snmh-fo le 21 septembre 2017

LETTRE OUVERTE DE MÉDECINS HOSPITALIERS À MADAME LA MINISTRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ
Le 18 septembre 2017

Madame Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, 14, Avenue Duquesne, 75350 Paris 07 SP
Copies à : Directeur ARS ARA, Directeurs Départementaux Santé.

Madame la Ministre,

Nous, médecins hospitaliers et syndicats de médecins hospitaliers, tenons :

•    à vous alerter sur la dégradation du service public hospitalier,

•    à témoigner des difficultés croissantes rencontrées par ses usagers, nos patients, pour y accéder et y être soignés dans des conditions suffisamment bonnes,

•    à dénoncer et détailler ici les grandes difficultés que nous rencontrons, comme les autres professionnels de santé, pour exercer notre métier, en raison de la politique de santé en cours depuis plusieurs années et du « management » qui en découle.
Alors que le ministère de la Santé affirme se préoccuper de « soigner ceux qui nous soignent », fait de l’attractivité médicale pour l’hôpital public un de ses enjeux, et qu’un rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales se penche sur les conditions de travail des médecins à l’hôpital : 

  •      Nous vivons un plan triennal d’économies (2015-2017) avec des réductions de moyens rebaptisées souvent « restructurations », « amélioration de l’efficience », « virage ambulatoire »…, dont les conséquences sont fermetures de lits par centaines, retard de prises en charge, embouteillage aux urgences, prise de risque, abandon thérapeutique, impossibilité de faire hospitaliser les patients les plus fragiles… 
  • Nous vivons un management destructeur et contre-productif qui met à mal tous les personnels y compris les médecins hospitaliers. Les nombreux témoignages à ce sujet, recueillis notamment par l’association Jean-Louis Mégnien et les syndicats, vont tous dans le même sens.

De nombreux collègues sont maltraités par leurs directions et un nombre significatif se retrouvent en arrêt de travail pour burn-out. Il ne s’agit pas là de défaillances individuelles.
Nous subissons les effets conjugués des dernières lois sur l’hôpital (Loi du 21 juillet 2009 Hôpital Patient Santé Territoire, Loi du 26 janvier 2016 de Modernisation du système de santé avec ses GHT…) et d’une politique générale de destruction des services publics.

Les médecins hospitaliers et les personnels non médicaux refusent de cautionner ces politiques de dégradation du service public hospitalier et refusent de continuer à subir ce management destructeur (y compris d’ailleurs pour ceux qui l’appliquent).
Nous restons attachés au principe fondateur de notre sécurité sociale solidaire : cotiser à proportion de ses moyens et recevoir des soins selon ses besoins.
Il est impératif et urgent que la politique hospitalière redonne un pouvoir de décision aux praticiens de terrain qui soignent les patients. Pour cela les commissions médicales d’établissement doivent retrouver leurs prérogatives exécutives et décisionnelles. Les établissements doivent retrouver une organisation en service par spécialité et non par pôle.
La pénurie médicale organisée de longue date est là, dans tous les secteurs, et rien n’est fait pour l’enrayer.
Or, Madame la Ministre, nous constatons que vous vous inscrivez dans la continuité de votre prédécesseur en accélérant les GHT donc les fermetures de structures et en annonçant un taux directeur à 2.1 qui oblige les établissements de santé à supprimer de nouveaux postes de dépense. Avec un taux à 2.6, les établissements sont déjà en difficulté ; un taux à 2.1 annonce donc une aggravation de la situation comme l’expliquent de nombreux directeurs d’hôpitaux.

Même la Fédération Hospitalière de France réclame un moratoire sur ce taux directeur.
L’heure est grave et les conséquences sur la santé publique sont imputables à ces modes d’organisation. C’est pourquoi nous demandons à vous rencontrer dans les plus brefs délais.
Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de recevoir, Madame la Ministre, l’expression de nos salutations respectueuses.

 

Lettre ouverte à Mme Buzyn

 

Reportage France 3 

 

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO, Flash Infos | Commentaires fermés

 

Blogapi |
Au Nom des Garrigues |
Les amis de Phiphi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leflambeau
| Collectif pour le Changemen...
| Siteecrasementamphibiensbogeve