Bulletin Février 2014

Posté par snmh-fo le 17 mars 2014

Sommaire Bulletin Février 2014

 

1.  Appel pour la journée du 18 Mars 2014 

2.  Rapport Véran, analyse et réflexions 

3.  Démographie Médicale, les bonnes questions 

4. Médecins mobiles et polyvalents, exemple du Limousin 

5. Privé à but non-lucratif : Où va t- on ?

6. Organigramme BN et Bulletin d’adhésion.

fichier pdf Bulletin Snmh Fév 14

Publié dans Bulletins SNMH-FO | Pas de Commentaire »

Lettre ouverte à Monsieur Martin HIRSCH, Directeur Général de l’AP-HP

Posté par snmh-fo le 11 mars 2014

Paris, le 7 mars 2014

Monsieur le Directeur Général,

   Médecins hospitaliers, nous avons pris connaissance du texte intitulé : « Décès d’une patiente à l’Hôpital Cochin (AP-HP) : Publication des conclusions de l’enquête et des recommandations » émanant du Bureau d’Enquête-Analyse du Groupe Hospitalier « Hôpitaux Universitaires Paris Centre » (HUPC), qui relève de vos services.

Ce document résulte d’une enquête diligentée  à la suite de la survenue du décès d’une patiente dans le service d’accueil des urgences de l’hôpital Cochin (AP-HP) le 15 février 2014.

Dans ce document on lit : « l’anomalie qui préoccupe est de ne pas avoir trouvé la patiente et non pas son décès. » Cette phrase est le reflet de tout le contenu de ce texte et des recommandations qu’il contient.

Nous médecins, sommes indignés aussi bien par le contenu que par la méthode de cette publication !

Dans les faits : cette patiente de 61 ans arrive aux urgences à 16h30. Elle est « classée » par l’infirmière d’accueil comme devant être prise en charge dans l’heure. Un médecin envoie un étudiant hospitalier à 21h30 pour  l’examiner, mais personne ne trouve la malade. On la découvre sans vie à 23h et le décès est constaté à 23h10.

Selon vos rapporteurs, les causes du décès sont sans intérêt… Mais nous, médecins, sommes scandalisés qu’on juge normale une situation de charge de travail telle qu’il y avait 5 heures d’attente aux urgences pour une personne qui aurait dû être examinée dans l’heure. Chose inouïe, on ne l’a pas trouvée au milieu des autres patients tant ils étaient nombreux dans la salle d’attente !

Voilà bien les conséquences tragiques de la situation dans laquelle vous-même et vos prédécesseurs avez plongé les hôpitaux de l’AP-HP.

Le dernier coup porté, en novembre dernier, et non le moindre, est la fermeture de l’Hôtel-Dieu. Depuis ce sont 120 patients par jour que vous dirigez vers des services que vous savez déjà surchargés. Car ce n’est pas faute de vous avoir prévenu. En effet, à maintes reprises, les personnels hospitaliers, les médecins et leurs organisations syndicales vous ont alerté sur le danger de débordement des services d’urgence restants. C’est fait, le premier accident est arrivé.

Il est à craindre qu’il ne soit pas le dernier !

Vos rapporteurs affirment : « le jour de l’événement, la situation en personnel était conforme à ce qu’elle doit être habituellement ». Ils affichent leur satisfaction de constater que les « sorties sans avis médical » qui « sont fréquentes dans un contexte d’attente longue, 7 à 12 cas journaliers, sont stables malgré la récente augmentation des passages quotidiens ».

Quelle bien curieuse façon de concevoir la médecine !

Mais surtout, nous médecins, sommes indignés que l’on condamne froidement les urgentistes parisiens à subir une telle situation quotidienne et définitive. Tous les jours, avec des moyens insuffisants, ils reçoivent un nombre de patients comparable à l’afflux massif de victimes observé lors d’une catastrophe exceptionnelle. Que se passerait-il d’ailleurs dans une telle situation ?

 Les recommandations et prétendues solutions, proposées dans ce rapport, sont indignes : elles ne consistent qu’à étiqueter, trier les patients,  »protocoliser »,  »informatiser », rentabiliser,  »court-circuiter » les prises en charges (fast-track, en anglais dans le texte et aussitôt traduit !) …dans une totale indifférence, devant la véritable misère humaine qu’illustre cette tragédie.

 Monsieur le Directeur Général, comment pouvez-vous accepter :

- que dans un service d’urgence une patiente soit morte sans que personne ne s’en rende compte,

- qu’il y ait plus de 7 heures d’attente dans la plupart de vos services d’urgence en raison du trop grand nombre de malades reçus,

- et en même temps qu’un superbe service d’urgence à l’Hôtel-Dieu, parfaitement équipé et pouvant délester les autres services surchargés, reste vide faute d’une décision de votre part ?

 Monsieur le Directeur Général, Il est de votre devoir d’octroyer à tous les services d’urgences de l’AP-HP dont

vous avez la responsabilité les moyens en médecins et personnels réclamés depuis si longtemps.

 Monsieur le Directeur Général, il est de votre devoir de rouvrir immédiatement les urgences à l’Hôtel-Dieu de Paris.

 Monsieur le Directeur Général nous vous demandons, compte-tenu de la gravité de la situation, de nous recevoir.

 Dans l’attente de cette entrevue, recevez Monsieur le Directeur Général, l’expression de nos salutations, respectueuses de votre fonction liée à la défense de l’Hôpital Public.

 Le bureau national du SNMH-FO.

fichier pdf Lettre ouverte à Mr Hirsch

Publié dans Communiqués 2014 | Commentaires fermés

Responsabilité…

Posté par snmh-fo le 8 février 2014

                            Les médecins des hôpitaux savent ce que veut dire austérité et ce que cela signifie pour les malades.

 

      Ce qui nous permet de soigner tous les malades, ce qui finance les hôpitaux, ce qui rembourse les patients et donc permet aux médecins hospitaliers ou libéraux d’être payés, est menacé. Ainsi les 30 milliards d’Euros de cotisations patronales d’allocations familiales devraient être récupérés sur les « dépenses publiques », et en particulier les dépenses de l’hôpital sont en ligne de mire dès aujourd’hui.

C’est pour permettre ces allègements de cotisations que les hôpitaux sont menacés, que le numerus  clausus est maintenu, que le statut des praticiens hospitaliers est menacé, que les services d’urgences ou les maternités sont soit fermés soit surchargés, que les lits d’hospitalisation sont fermés, que les infirmières et médecins travaillent 60 heures certaines semaines.

Tous les jours nous vivons les conséquences de ces mesures, aucun projet médical ne peut plus exister s’il ne s’agit de faire quelque part des économies de santé, par économie d’échelle le plus souvent.

Nous prendrions mal en charge les maladies chroniques : cancer, diabète, maladies psychiatriques, maladies cardio-vasculaires. Pourquoi ? Car elles représentent 60 % des dépenses… Il est certain que nombre de survivants de pathologies aigues deviennent des malades chroniques. Et c’est notre honneur d’avoir pu grâce à la sécurité sociale augmenter l’espérance de vie.  Faudrait-il changer nos pratiques car elles sont coûteuses ? Pour pouvoir faire passer les 30 milliards d’euros d’allègement de cotisations d’allocations familiales ? Est-ce responsable de faire payer aux hôpitaux, aux malades le coût de ces allègements ? Chacun d’entre nous, comme médecin, est responsable avant tout devant chacun de ses patients. C’est pourquoi personnels hospitaliers, médecins et population ont exigé et obtenu, contre l’avis de l’ARS d’Ile de France la réouverture de la maternité de Dourdan. Ils ont pris leurs responsabilités.

 

C’est aussi pourquoi le SNMH-FO ira manifester avec la Fédération FO des services publics et de santé

le 18 mars à Matignon, chez le Premier Ministre JM Ayrault, pour :

 

                            •         Le maintien du financement de la sécurité sociale par les cotisations salariales

                            •          La levée du numerus clausus des études médicales

                            •          L’arrêt des restructurations hospitalières

                            •          Le rétablissement de la convention collective des établissements PSPH (Privés Participant au Service Public Hospitalier)

                            •          La défense du statut de praticien hospitalier et du statut public de l’hôpital

                            •          L’abrogation de la loi HPST

La Confédération FO s’est adressé aux autres organisations syndicales pour leur proposer

de faire de ce 18 mars une journée de grève interprofessionnelle.

Le SNMH-FO s’adresse à tous les syndicats de médecins hospitaliers

pour leur proposer de participer à cette journée de grève et manifestations.

fichier pdf Appel 18 mars 2014

Publié dans Communiqués 2014 | Commentaires fermés

A.G du 08/11/13 : Le SNMH FO est avec les médecins qui décident de dire : « ça suffit! »

Posté par snmh-fo le 14 novembre 2013

DECLARATION DE L’ASSEMBLEE GENERALE DU SNMH-FO  

 

Le SNMH-FO s’est réuni en Assemblée générale le vendredi 8 novembre 2013

avec la participation de Didier Bernus, Secrétaire général

de la Fédération FO des Personnels de Santé et des Services Publics.

 

Nous avons examiné la situation et fait le constat suivant :

Dans tous les hôpitaux les contraintes budgétaires issues des directives gouvernementales conduisent à une réduction de l’offre de soins, à la dégradation des conditions de travail et amènent les médecins à ne plus accepter cette situation.

Le gouvernement, pour faire passer le plan de 440 millions d’euros d’économie dans les hôpitaux, applique la loi HPST en l’aggravant encore et prétend faire endosser par les médecins ces mesures de restrictions budgétaires.

Les fermetures de lits d’hospitalisation, de services et d’hôpitaux se multiplient. Partout il nous est dit « il n’y a pas de problème, tout va bien, on ne ferme pas, on adapte l’offre de soins». C’est faux, on ferme !  Ce double discours que l’on entend depuis les services jusqu’au ministère – comme avec la fermeture des urgences de l’Hôtel Dieu de Paris – est intolérable.

La situation est la même partout. Qu’il s’agisse de situations très locales où un médecin – parce qu’il prétend défendre son indépendance professionnelle – se voit menacé de licenciement, ou un hôpital entier qui se soulève pour pouvoir assurer les soins avec un minimum de moyens. C’est le cas de l’hôpital psychiatrique de St Egrève (Isère) et où les médecins se sont mis en grève avec les personnels sur des revendications précises (réouverture de lits, 10 postes de médecins hospitaliers entre autre). Ils ont élu un comité de grève et ont demandé audience à la ministre.

De partout, à chaque fois que des médecins font montre d’indépendance, une ambiance de terreur est imposée. Sous prétexte de ne pas aggraver la situation budgétaire des hôpitaux il serait interdit de réclamer les moyens nécessaires pour soigner les malades.

 Le SNMH-FO tient à informer les médecins mais également les personnels hospitaliers

qu’il n’y a rien d’inexorable.

 

       Le SNMH-FO était aux cotés des délégués syndicaux de plus de 120 hôpitaux en difficultés réunis par fédération FO des Personnels de Santé et des Services publics le 24 septembre 2013 pour dire à la ministre : « ça suffit, la dette des hôpitaux doit être effacée, il faut arrêter de supprimer des postes, il faut arrêter cette politique de destruction des hôpitaux publics ! »

       Le SNMH-FO est avec les médecins qui décideraient de dire : « ça suffit ! », comme il est avec les médecins de l’Hôtel Dieu, de St Egrève, de Voiron… pour ne citer que ceux-là.

        Le SNMH-FO sera avec tous les médecins pour lever cette chape de plomb, ces mensonges qui s’appuient sur : « on ne peut pas faire autrement ».

 Pour ce faire, le SNMH-FO prend et prendra toutes ses responsabilités.

 Les malades doivent être soignés, les moyens doivent être donnés pour le faire, les statuts des PH doivent être maintenus, les postes de médecins doivent être augmentés et pourvus. Enfin, le numérus clausus doit être levé !

 

Le SNMH-FO réclame des mesures immédiates :

  • Les moyens nécessaires à la prise en charge des malades
  • l’arrêt des restructurations et des suppressions de postes dans les hôpitaux.
  • l’abrogation de la T2A et de la loi HPST.
  • la levée du numérus clausus.

Publié dans Communiqués 2013 | Commentaires fermés

Bulletin Octobre 2013

Posté par snmh-fo le 7 novembre 2013

Sommaire Bulletin Octobre 2013

 

    1. Communiqué du 05 Octobre 2013

    2. Hôtel Dieu : Lettre ouverte à la Ministre

    3. Communiqué Fédéral : il faut abandonner l’organisation en pôle

    4. Fiche Pratique : Le temps additionnel

    5. Les Brèves

 

 

fichier pdf Bulletin SNMH Octobre 2013

Publié dans Bulletins SNMH-FO | Commentaires fermés

1...1617181920
 

Blogapi |
Au Nom des Garrigues |
Les amis de Phiphi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leflambeau
| Collectif pour le Changemen...
| Siteecrasementamphibiensbogeve