• Accueil
  • > Communiqués Nationaux SNMH-FO

Le gouvernement n’a que faire des vies humaines…

Posté par snmh-fo le 7 décembre 2018

Paris, vendredi 7 décembre 2018

 Depuis des mois, les médecins et personnels hospitaliers, avec leurs syndicats alertent la ministre sur les risques encourus par les patients du fait des fermetures de lits d’hospitalisation, de blocs opératoires, de maternités, du fait des restructurations à marche forcée. La ministre de la santé refuse de répondre à la demande d’audience contenue dans la lettre ouverte qui lui a été adressée par 1500 médecins hospitaliers. Le gouvernement reste sourd et continue sa politique, tout comme il reste sourd à ceux qui depuis un mois sont dans la rue et réclament du président de quoi vivre normalement.

 

Les risques encourus par les patients, les décès et pertes de chances sont maintenant connus par tous. Les retards de prise en charge diagnostiques et thérapeutiques tant en chirurgie qu’en psychiatrie et en médecine se multiplient. Les blocs opératoires, soins intensifs, maternités et autres lits d’hospitalisations fermés pour des raisons budgétaires sont la conséquence de cette politique.

 

Monsieur Macron et Madame Buzyn annoncent une réforme du système de santé appelée « Ma santé 2022 ». Le contenu véritable de cette réforme est révélé par l’objectif d’économies supplémentaires de 1 milliard d’euros par an pendant 5 ans correspondant à la suppression de 30.000 postes dans la fonction publique hospitalière. Un collègue témoigne : «  dans mon CHU, le COPERMO (Comité interministériel de la Performance et de la Modernisation des établissements hospitaliers) nous a imposé la suppression de 400 postes pour obtenir des subventions nécessaires à l’équipement et la modernisation de l’hôpital. Maintenant que nous avons réalisé cet objectif, on nous en demande 400 supplémentaires dont des postes de PH. »

 

Le SNMH FO considère que l’action gouvernementale n’est en rien un redressement des hôpitaux mais bien au contraire une destruction organisée.

 

Une réforme des autorisations d’activité est annoncée pour déclasser une partie des hôpitaux non supports de GHT (Groupement Hospitalier de Territoire) et les transformer en hôpitaux dits « de proximité » qui n’auraient ni urgences, ni maternité, ni aucun plateau technique.

 

La suppression du concours de PH entrainera la disparition du statut et la mise sous contrat de performance économique de tous les médecins hospitaliers. Nous ne pourrions plus alors refuser des dispositions contraires à notre éthique, conscience et déontologie que voudraient nous imposer les directions et le gouvernement. Ce serait la fin de l’indépendance médicale constitutive d’une prise en charge conforme à la déontologie.

 

Les fermetures des structures hospitalières n’en seraient que décuplées. Aujourd’hui grâce à leur statut, les médecins peuvent encore dire « NON ».

 

Le SNMH FO appelle tous les médecins à résister, à se réunir et discuter de ce dont ils ont besoin, à exiger que les moyens soient immédiatement accordés et mis en œuvre pour soigner correctement la population.

 

Le SNMH FO soutiendra les actions indépendantes des médecins allant dans ce sens.

 

- Réouverture immédiate des lits et services fermés.

- Arrêt des restructurations et fermetures des lits, services et hôpitaux.

- Retrait du plan santé, retrait du plan d’économies

- Maintien du concours de PH et du statut

- Augmentation du nombre de médecins formés et des moyens alloués aux universités.

 Contact: snmh.fo@fosps.com 

Version PDF

Adhésion SNMH FO

 

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

LA MINISTRE BUZYN USE DE REPRESSION ANTI SYNDICALE POUR LES MEDECINS AUSSI !

Posté par snmh-fo le 16 novembre 2018

Paris

vendredi 16 novembre 2018

  Pour mieux supprimer des lignes de garde, des services de soins en particulier des services d’urgence, de soins intensifs, de réanimation, Mme le ministre Buzyn chasse les médecins des hôpitaux et en premier lieu les médecins à diplôme étranger qu’elle laisse dans la précarité.

 

 Aujourd’hui, Madame Agnès Buzyn, Ministre de la Santé et des Solidarités, porte plainte elle-même au Conseil de l’ordre de Paris et de Vendée contre le président et le porte-parole d’un syndicat de médecins hospitaliers remplaçants, et se permet même de fixer le niveau de la sanction qu’elle attend, alors qu’elle a refusé de les recevoir.

 

  C’est une pression inadmissible sur toute velléité d’action syndicale. Aucun de ses prédécesseurs n’avait seulement imaginé utiliser directement un tel stratagème contre un confrère président d’un syndicat de médecins.

 

  Le SNMH FO rappelle la responsabilité de la ministre dans la fermeture dans toute la France des centaines de lits d’hospitalisation, des services de soins, des hôpitaux en prévoyant des regroupements-fusions qui ne sont qu’une marche forcée à la baisse de l’offre de soins.

 

  Le Syndicat National des Médecins des Hôpitaux Force Ouvrière ne peut que s’indigner des mesures d’intimidation perpétrées par la ministre à l’encontre de responsables d’un syndicats de médecins !

 

 Version PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Soutien aux Praticiens à diplôme étranger hors union Européenne

Posté par snmh-fo le 12 novembre 2018

Le SNMH-FO apporte son soutien au Syndicat National des Praticiens à Diplôme Hors Union Européenne et soutien le rassemblement du 15/11 à 14h devant le ministère de la santé.

La situation alarmante pour plus de 4000 médecins à diplôme hors Union Européenne menacés d’exclusion des hôpitaux français au 1er janvier 2019 doit trouver une solution.

Les revendications de ces collègues font partie intégrante d’un plan de sauvegarde de l’hôpital qui doit être mis en œuvre sans tarder.

Madame La Ministre avait pris des engagements pour des procédures de régularisation des diplômes de ces médecins qui travaillent depuis des années dans les hôpitaux avec des compétences reconnues et certifiées. Ces engagements ne sont pas tenus bien au contraire. Partout les non renouvellements de contrats par les directions hospitalières ou les licenciements ont commencé.

Le Syndicat National des Médecins Hospitaliers force ouvrière fait sien le juste combat de ces collègues hospitaliers bien implantés et demande à la ministre de satisfaire les revendications spécifiques de ces confrères.

• Maintien des praticiens à diplômes étrangers dans leurs postes et fonctions hospitalières occupés actuellement.

• Respect des engagements donnés mais non tenus par la Ministre Agnès Buzyn a ces collègues avec l’établissement d’une procédure pérenne et des conditions claires lors du recrutement.

• Arrêt du plan de licenciement en cours.

Version PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Ils ont osé : désormais les hôpitaux seront payés pour ne pas prendre en charge les malades.

Posté par snmh-fo le 28 octobre 2018

Paris, 28/10/2018

 

Les députés ont adopté vendredi 26 octobre un amendement du député LREM Olivier Véran (médecin !) visant à instaurer un « forfait de réorientation », soit disant expérimental, en application de la mesure 25 du « plan ma santé 2022 : « Incitation des services d’urgences à réorienter les patients ne relevant pas des urgences en versant un forfait de coordination pour chaque patient qui serait ré­orienté vers la médecine de ville, vers une maison médicale de garde ou vers une consultation hospitalière (mesure PLFSS 2019). »

 

Avec cette mesure radicale, il s’agit d’empêcher les patients d’être pris en charge aux urgences et pour cela l’hôpital serait payé de 30 à 60 euros, pour réorienter les patients vers la médecine générale, sans qu’un médecin hospitalier, qui ne pourra pas les accueillir, n’examine le malade. Objectif : contourner la question du manque chronique de lits d’aval. Après la pénurie de médecins organisée depuis de nombreuses années par le ministère via le Numerus Clausus qui perdurera sous une autre forme avec Parcour Sup et le LMD, puis la fermeture forcée des lits nécessaires au fonctionnement des hôpitaux, on assisterait désormais à une franche marchandisation des patients qu’on éloigne ainsi du service public de santé.

 

Qu’en disent les médecins libéraux ?

La CSMF (Confédération des syndicats de médecins de France) : « Forfait d’orientation des urgences : une mesure illogique ! »

L’UFML (Union Française pour une médecine Libre) : « Forfait pour réadresser les patients des Urgences, insulte et mépris des médecins de ville. »

 

Cette mesure fait preuve non seulement de mépris pour les médecins de ville mais également pour les médecins hospitaliers.  L’hôpital serait ainsi, payé pour ne plus évaluer et soigner les patients ! Il s’agit là d’une véritable « perte de sens » des missions de l’hôpital public. Cette mesure est-elle prise pour justifier la réforme du statut de praticien hospitalier ? Est-ce cela la « transformation du système de santé »?

 

Alors que les médecins urgentistes sont confrontés depuis des mois aux pires difficultés pour hospitaliser les malades le nécessitant, le gouvernement prétend soulager les urgences en faisant courir un risque supplémentaire aux patients et aux professionnels qui les auraient « réorientés » hors de l’hôpital, sans les examiner et les évaluer afin d’éliminer tout risque vital immédiat ?

 

Nombre de médecins hospitaliers refusent de voir leur métier et leur déontologie ainsi dévoyés. Le désengorgement des services d’urgence passe avant tout par la réouverture des lits fermés, par l’affectation de personnel médical et non médical en nombre suffisant pour soigner tous les malades se présentant, en arrêtant de détruire le système de santé tout entier.

Dans de très nombreux hôpitaux – pour que les malades puissent être soignés- médecins et personnel non médical se battent contre la fermeture de telle ou telle maternité et contre des plans de fusion/restructuration ubuesques.

 

Il est urgent de s’unir et de se fédérer, afin d’arrêter cette destruction progressive de nos hôpitaux, dangereuse pour les patients.

 

Contact : Olivier Varnet, Secrétaire général SNMH-FO

Mail : snmh.fo@fosps.com

Version PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Plan « ma santé 2022 » : le gouvernement Macron-Buzyn prévoit la suppression du concours de PH avec précarisation et perte de l’indépendance professionnelle.

Posté par snmh-fo le 14 octobre 2018

 Paris, vendredi 12 octobre 2018

Mesure N° 35 du plan « ma  santé 2022 » :

« Création d’un statut unique de praticien hospitalier associé à la suppression du concours de PH, pour faciliter l’entrée dans la carrière, diversifier les parcours professionnels (reconnaissances des valences non cliniques) et faciliter l’exercice mixte »

Le gouvernement prévoit de liquider le statut de PH en supprimant le concours !

Sans concours, plus de statut.

Le concours nous permet en étant sur une liste d’aptitude d’avoir tous les mêmes droits. Nous avons un statut, le plan hôpital 2022 prévoit un contrat. C’est la disparition des émoluments et progression de carrière égale pour tous les praticiens.

Devenant tous contractuels de fait, les pressions faites par les directions pour soigner toujours plus aux dépens de la qualité des soins, ou pour ne pas prendre en charge tel ou tel malade jugé trop couteux risquent d’entrainer le départ ou l’éviction des médecins qui ne feraient pas le choix de l’économie budgétaire mais celui du malade.

Il s’agit également de généraliser l’exercice du temps partiel ou partagé en lieu et place du temps plein largement majoritaire depuis le statut de 1984.

L’indépendance professionnelle est intimement liée à l’existence de notre statut. Sans lui, il n’y aurait plus de médecins de service public, mais uniquement des médecins soumis aux chantages des directions dont l’objectif est devenu depuis la création des ARS de réaliser leurs contrats financiers. Les statuts de cliniciens présentés comme attractifs n’ont pas empêché l’hémorragie car le statut de PH n’est pas la cause de la fuite des médecins. Ce que fuient les médecins, c’est la destruction en cours de l’hôpital, par le manque de lits, le manque de personnel et l’existence de systèmes informatiques toujours plus écrasants, la lourdeur des procédures, la multiplication des certifications qui entravent les missions de soins…

La suppression du concours de praticien hospitalier est liée à la volonté du gouvernement d’avoir des médecins « aux ordres » des directions hospitalières. Dans ce contexte nous ne pourrions plus respecter le code de déontologie médicale, obligation légale et morale pour tout médecin.

Le SNMH FO revendique le retrait du plan 2022, pas touche au statut de PH !

Version PDF

Lettre ouverte à Mme Buzyn

Je signe la lettre ouverte

Adhésion SNMH FO

 

 

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

12345...12
 

Blogapi |
Au Nom des Garrigues |
Les amis de Phiphi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leflambeau
| Collectif pour le Changemen...
| Siteecrasementamphibiensbogeve