• Accueil
  • > Communiqués Nationaux SNMH-FO

Nous n’avons pas besoin de félicitations, nous avons besoin de masques, de blouses, de médicaments, d’oxygène et de lits de réanimation !

Posté par snmh-fo le 5 avril 2020

smnhfo

Paris, le 05 avril 2020

 

 Nous n’avons pas besoin de félicitations, nous avons besoin de masques, de blouses, de médicaments, d’oxygène et de lits de réanimation !

 

Depuis des mois, tous les professionnels de santé à l’hôpital, des médecins aux agents hospitaliers, dénoncent le manque de moyens en personnel et en matériel par des mouvements de grève et des manifestations. Comme réponse, nous avons obtenu au mieux du mépris, au pire des coups de matraque.

 

Les restructurations, les fermetures de lits, de services, d’hôpitaux, les restrictions de personnels ont continué malgré les appels à l’aide répétés, ignorés du Président Macron et du gouvernement d’Edouard Philippe. Le nombre de lits de soins critiques en France est 3 fois moins important qu’en Allemagne (8000 en France et 28000 en Allemagne).

 

Nous serions des « héros en blouse blanche » ! Nous n’avons que faire des félicitations et des larmes de crocodile. :

 

Tous les jours, nous nous battons avec « les moyens du bord », nous essayons de nous dépanner en matériel auprès des hôpitaux et cliniques voisines, nous économisons les masques en les gardant plus longtemps que ce qu’il est recommandé, nous mettant en danger nous et notre famille pour continuer à soigner les patients, parce que le gouvernement a laissé les stocks se périmer pour des raisons financières.Les médecins libéraux n’ont toujours pas de masque de protection type FFP2, ni les infirmières et tous les personnels qui interviennent auprès des patients à domicile et dans les EPHAD. Il existe une désinvolture coupable sur les commandes de masques, comme l’atteste l’article de Médiapart daté du 02/04/2020 : « Masques : les preuves d’un mensonge d’Etat »,


Des médicaments aussi indispensables que le curare et le midazolam commencent à être rationnés.

 

Il manque des respirateurs, des seringues électriques, jusqu’aux housses mortuaires. Tous les jours, nous nous trouvons dans la situation intolérable d’avoir à choisir qui va être réanimé ou pris en charge en soins palliatifs uniquement par manque de moyens.


Les congés sont supprimés, des hôtels sont réquisitionnés pour loger les infirmières épuisées et qui craignent de retourner chez elles de peur de contaminer leur famille. Par manque de test, les agents hospitaliers, infirmières et médecins sont rarement testés pour le coronavirus et quand ils sont testés positifs, ils sont souvent maintenus en poste risquant de contaminer leurs collègues et les patients.


Alors qu’il est évident que la courbe de croissance du nombre de malades et de décès lié au Coronavirus en France suit exactement celle de l’Italie, rien n’est fait pour que cette courbe s’infléchisse : le gouvernement prône un confinement « sélectif » en incitant les entreprises à payer une prime aux salariés qui iraient travailler « pour faire marcher l’économie », tout en disant par l’intermédiaire de sa porte-parole que les masques de protection sont inutiles, ce que vient de démentir l’Académie de médecine.


Tout comme le 13 novembre 2015, le personnel de l’AP-HP et des autres hôpitaux publics n’a pas attendu le Plan Blanc pour se porter volontaires pour soigner les blessés des attentats, les agents des établissements publics de santé, mais aussi des maisons de retraite, les médecins et les soignants libéraux n’ont pas attendu les discours guerriers pour porter secours aux malades.

 

Nous sommes en première ligne et le gouvernement doit nous entendre tout de suite.

 

Nous voulons du personnel, des lits, des respirateurs, des sédatifs, des curares et des antibiotiques pour nos patients, des masques, des surblouses pour protéger les équipes, des réactifs pour tester les professionnels de santé qui risquent leur vie et parfois la perdent pour soigner.

 

Le gouvernement se dit prêt à débloquer 300 milliards d’euros pour soutenir les entreprises. Il serait incompréhensible que le même effort ne soit pas consentit pour sauver les patients et les soignants.


Pour le bureau national, Marie Paule Lemonnier, Trésorière Nationale.


Contact presse et contact intersyndical : 0668028073, adresse de la fédération, 155 rue de Rome, 75017 Paris.

 

 

 

fichier pdf version PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Bulletin Mars 2020

Posté par snmh-fo le 27 mars 2020

fichier pdf mars 2020 Bulletin

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Coronavirus : le cynisme du nouveau ministre Veran et du gouvernement pour faire passer leur politique.

Posté par snmh-fo le 7 mars 2020

Paris le 06/03/20

Le 29 février, le gouvernement dont le ministre de la santé Olivier Veran tenait un conseil spécial des ministres soi-disant consacré au Coronavirus. Outre les mesures sanitaires prises, le gouvernement a décidé d’interdire les rassemblements de plus de 5000 personnes dans des milieux « confinés ». Dans les faits, des rassemblements sur la voie publique ont été interdits, rendant envisageable l’interdiction des manifestations de protestation. En même temps, il annonçait l’usage de l’article 49.3 de la constitution pour faire passer la réforme des retraites contestée par tous. Chacun jugera du cynisme de cette méthode.

Les mesures sanitaires demandées aux hôpitaux, aux médecins de ville ne permettent pas de prendre en charge les malades correctement. Pas de masque ou inadaptés pour les médecins de ville, des consignes médicales qui changent toutes les 48h, des chambres de malades occupées par des rhumes, rien n’est fait pour rassurer les soignants ni la population.

Comment prendre en charge tous les patients ?

Alors que les hôpitaux sont exsangues, le gouvernement a-t-il décidé de remettre en cause les plans de retour à l’équilibre financier, les COPERMO, l’ONDAM déclinés par ARS, par hôpitaux, par pôles ? Il préfère annoncer un « déblocage » de 260 millions d’euros, correspondant à 0,07% de la branche maladie de la Sécurité sociale, mis en réserve sur le budget 2019 des hôpitaux. Donc pas un sou de plus. Y a-t-il réouverture des lits fermés ? Y a-t-il revalorisation des salaires des soignants ? Y a-t-il augmentation des effectifs pour faire face ? Rien de tout cela n’est prévu. Seuls sont distribués quelques remerciements largement médiatisés pour « aider » les soignants dans ce contexte.

Chacun se reconnaît dans la réflexion du collègue lors de la venue du Président Macron à la Pitié-Salpêtrière : « vous pouvez compter sur nous, l’inverse reste à prouver ». En effet, depuis des années, les médecins demandent que la politique du gouvernement en matière de restriction budgétaire dans les hôpitaux s’inverse, demandent l’arrêt des fermetures de lits et des réductions de personnel, demandent des revalorisations salariales. Jusqu’à présent : rien.

Le nouveau ministre de la santé de Monsieur Macron a été nommé dans la précipitation mais est depuis longtemps quo-rédacteur et co-rapporteur de toutes les lois de réforme et de financement de la santé depuis la loi HPST en 2009.

 

Vraiment, il serait dangereux de « compter sur eux » qui ont déjà choisi de passer en force la réforme des retraites.

Pour améliorer la situation des hôpitaux, nul besoin d’enquêtes, de sondages, d’audits supplémentaires, il faut :

  • Des lits d’hospitalisation,
  • Des médecins et du personnel non médical en nombre suffisant
  • La revalorisation salariale de tous,
  • L’arrêt des plans d’économies,
  • Le retrait du projet de réforme des retraites qui impactera tous les collègues.

 

Le SNMH FO soutient les réunions et assemblées générales communes médecins-personnel non médical pour décider quelles initiatives prendre.

Contact :

Dr Olivier Varnet

Secrétaire général SNMH FO

 mail :snmh.fo@fosps.com

version PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Conditions d’exercice à l’hôpital, réforme des retraites : nous ne voulons pas mourir au travail !

Posté par snmh-fo le 7 février 2020

Paris, le 07/02/2020

Egoutiers, enseignants, avocats, cheminots, etc… C’est toute la population salariée et les professions libérales qui se mobilisent depuis le 5 décembre pour le retrait de la réforme des retraites. Malgré l’avis du conseil d’Etat, malgré la grève, le gouvernement use de repression contre les manifestants, les lycéens sont mis en garde à vue.

A l’Hopital, la réforme aurait pour conséquence la suppression de l’IRCANTEC, une nouvelle diminution des pensions de retraites, un nouvel allongement de la durée de cotisations. Pour les personnels hospitaliers, elle aurait pour conséquence la suppression de la catégorie active pour les agents soignants en particuliers les aides soignantes, qui partent normalement à 57 ans, et qui partiraient vers 65 ans si elles voulaient garder le meme niveau de pension. C’est un élément supplémentaire de destruction des établissements. Défendre le système actuel de retraites, c’est défendre l’hôpital public.

La situation des hôpitaux en France est celle d’un effondrement programmé par l’étranglement financier voté tous les ans dans le cadre de l’ONDAM.

Les fermetures de lits, d’unités ou de services, d’hôpitaux entiers continuent malgré les refus se multipliant, les prises de positions, les initiatives diverses, lettres, manifestations: le rejet de la politique du gouvernement dans la santé n’a jamais été aussi important.

La loi de santé de Mme Buzyn « ma santé 2022 » casse le statut des praticiens hospitaliers, en supprimant le concours national de PH, en instaurant une direction médicale par GHT et donc un recrutement par GHT et non par établissement, des commissions regionales statutaires pour permettre le licenciement des collègues par leurs pairs pour ceux qui refuseraient la mobilité forcée.

Pour tous ces éléments, les collègues ont raison de se mobiliser.

Que leur est il proposé ? D’aimer l’hopital public ! C’est exactement ce que dit Mme Buzyn.

Pour sa part, le SNMH FO a des revendications précises :

  • Arrêt des suppressions de postes et fermetures de services et augmentation des emplois statutaires pour assurer un service public de qualité et permettre d’améliorer les conditions de travail des agents publics ;

  • Augmentation des effectifs dans les EHPAD pour l’obtention d’un ratio d’un agent pour un résident ;

  • Fin de l’enveloppe limitative de l’ONDAM ;

  • Abrogations de la loi « ma Santé 2022 » et en particulier la fusion des affaires médicales par GHT.

  • Ouverture immédiate de négociations salariales catégorielles sur les filières médicales, ouvrière, technique, soignante et administrative ; 300 euros pour tous tout de suite !

  • Retrait du projet sur les retraites :

• Non à la retraite par points par la création d’un système à cotisations définies et prestations non définies ;

• Abandon réel et définitif de l’âge dit « pivot » ou « d’équilibre » à 64 ans ;

• Maintien de la CNRACL et IRCANTEC et de tous les régimes de base et complémentaires existants ;

• Amélioration des droits de l’ensemble des retraités et pensionnés ;

• Amélioration des droits à pension pour les parents d’un ou plusieurs enfants ;

• Maintien et amélioration des pensions de réversion et d’orphelins ;

• Revalorisation immédiate des retraites et pensions des secteurs privés et publics.

Nous proposons d’en discuter dans les assemblées et réunions, avec les personnels de tous statuts.

Le SNMH FO soutient la tenue d’assemblées générales communes médecins-personnels, pour discuter (défense des hôpitaux, retraites…) et décider sur quelles revendications se mobiliser, agir, sans exclure tel ou tel domaine.

La Sécurité sociale est attaquée à travers la santé et les retraites.

Pour faire reculer le gouvernement : mobilisons nous tous ensemble pour l’une et l’autre, médecins avec le personnels non médical, aux cotés de toutes les catégories professionnelles.

Version PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Réforme des retraites : une enveloppe globale comme l’ONDAM pour les hôpitaux.

Posté par snmh-fo le 10 janvier 2020

10/01/2020 

La réforme des retraites voulue par le président Macron provoque une grève historique pour le retrait de ce projet.

 

Contrairement au discours du gouvernement, la grève s’étend et se renforce. Les raffineries, les dockers entrent dans la danse, après l’Opéra de Paris.

 

De nombreux médecins se posent les questions sur les conséquences d’une telle réforme sur leur retraite et celle de leurs collègues plus jeunes.

 

Le principe de cette réforme repose sur la définition d’une enveloppe globale de dépenses pour les retraites équivalente à 14% du PIB. Ceci entrainerait automatiquement une baisse des retraites pour chaque retraité, tout comme les tarifs hospitaliers actuels s’adaptent pour rentrer dans l’enveloppe fermée de l’ONDAM (Objectif National des Dépenses d’Assurance Maladie).

 

C’est pour permettre cet ajustement que le gouvernement remet en cause les fondements de la Sécurité sociale et les statuts des fonctionnaires (suppression du code des pensions civiles et militaires). En instaurant la retraite par points dont la valeur serait variable en fonction du PIB et du nombre de retraités, le gouvernement condamne les retraités à la paupérisation.

 

Aujourd’hui, les retraites des médecins hospitaliers sont basées à la fois sur le régime général et sur l’IRCANTEC. L’IRCANTEC est un régime par points, mais dont la valeur du point est définie paritairement (représentants syndicaux des salariés et employeurs) indépendamment d’une enveloppe globale à respecter. La valeur du point dans le système voulu par le gouvernement serait définie par l’exécutif, en fonction de ses choix budgétaires, comme il le fait aujourd’hui pour le financement des hôpitaux. Les conséquences sont bien visibles sur le terrain.

 

C’est pourquoi le SNMH FO participe depuis le 5 décembre aux grèves et manifestations, et appelle les médecins à se réunir, à participer au mouvement de grève, aux assemblées générales, à soutenir les grévistes.

 

RETRAIT DE LA REFORME MACRON-PHILIPPE !

Version PDF

Contact: snmh.fo@fosps.com

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

12345...16
 

Blogapi |
Au Nom des Garrigues |
Les amis de Phiphi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leflambeau
| Collectif pour le Changemen...
| Siteecrasementamphibiensbogeve