Réponse à Monsieur Luc Peillon, du journal Libération

Posté par snmh-fo le 14 septembre 2022

Paris le 14 sept 2022,

Nous avons pris connaissance de votre papier du 13/09 dans votre rubrique CheckNews de Fact Cheking. Nous souhaitons apporter nous aussi notre contribution aux faits.

Des millions de Français n’ont pas de médecins traitants et repoussent ou renoncent à des soins avec des conséquences parfois très sévères. Des millions de Français ne peuvent plus se rendre à l’hôpital. Des dizaines de milliers de Français ont vu leur chimiothérapie ou intervention pour cancer repoussées.

La taille des tumeurs cancéreuses au moment du diagnostic a augmenté (source, Société Française d’Urologie).

Des centaines de retards au diagnostic cet été entrainant des décès indus ainsi que des pertes de chances ont été remarqués par nos confrères.

A l’hôpital d’Ajaccio on a vu cet été une affluence telle que les patients étaient couchés par terre et on enregistrait jusqu’à 11 heures d’attente pour une douleur abdominale, 12 heures aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (source Le Figaro).

Probablement n’avons-nous pas été suffisamment clairs dans notre communication ou pas assez relayés car c’est cela qu’il faut expliquer et c’est à cela qu’il faut remédier en formant, recrutant et rémunérant les professionnels du secteur comme nous l’avons proposé dans notre télégramme au Président ou notre adresse aux députés.

Vous préférez semble-t-il participer à la fabrication de cet écran de fumée qui ne sert qu’à masquer l’incurie de l’équipe Macron-Braun. Il ne nous semble pas qu’un professeur soit responsable de cette catastrophe : pas de lit d’aval, pas de médecins la nuit aux urgences, pas de médecins en ville, malades de psychiatrie à la rue ou en prison, songez monsieur Peillon que la démence vient d’être retirée du champ de la psychiatrie mettant des centaines de familles hors du soin.

Non seulement Macron, Véran, Braun sont incapables de régler la situation mais ils ont clairement décidé de continuer avec acharnement à fermer des lits et des structures de soins, à « ubériser » sur des plateformes, à trier au lieu de soigner. De nombreux documents émanent des centres 15 et témoignent de cette nouvelle Non Médecine. Nous ne sommes pas journalistes mais peut être pourriez-vous enquêter sur cette situation et toutes les situations de non soin au lieu de nous proposer des jugements en place publique qui ne servent qu’à empêcher toute discussion sérieuse et à faire peur.

Pour faire reculer le système de la sorte ils sont obligés de faire taire le débat et d’anéantir toute possibilité de contradiction fût-elle sur le terrain médical ou scientifique.

Pour notre part, nous n’acceptons pas cette façon d’analyser la situation et comme syndicat de médecins, affilié à une grande confédération, notre devoir est de ne pas capituler sur ces questions fondamentales et de rester bien clairs sur les revendications qui permettraient de retrouver un accès aux soins digne dans notre pays :  » au premier rang desquelles le respect de l’indépendance professionnelle et du code de déontologie médicale ».

Dr Cyrille Venet

Secrétaire général SNMH FO

venet_cyrille@yahoo.fr

Laisser un commentaire

 

Blogapi |
Au Nom des Garrigues |
Les amis de Phiphi |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Leflambeau
| Collectif pour le Changemen...
| Siteecrasementamphibiensbogeve