Pour l’hôpital, après les déclarations provocatrices d’Edouard Philippe, comment le faire reculer.

Posté par snmh-fo le 24 novembre 2019

Paris Le 23 novembre 2019

Jeudi 14 novembre : la manifestation des personnels hospitaliers et des médecins à Paris était impressionnante de détermination et de sérieux, et fait marquant, beaucoup de jeunes internes et externes. L’immense majorité des hospitaliers est là, pour défendre leur dignité de soignants mise à mal depuis des années par les fermetures et le manque de personnels.

Le soir même dans une AG qui rassemble à La Pitié-Salpêtrière près de 400 personnels, médecins et malades le débat est ouvert : comment obtenir satisfaction, comment gagner contre ce gouvernement qui ne répond toujours pas à nos revendications ?

 

Les hospitaliers et les médecins peuvent-ils y arriver seuls ?

 

Un collègue réanimateur du Nord de Paris l’affirme :  » la grève du 5 décembre est une opportunité historique ». Beaucoup expriment la nécessité de rejoindre ce mouvement général qui entend défendre les salaires et la Sécurité Sociale.

 

Mercredi 20 novembre au sortir du Conseil des ministres Édouard Philippe aux cotés d’Agnès Buzyn ne répond pas aux revendications des hospitaliers. La nouvelle prime pour les parisiens est une provocation. Rien sur l’arrêt de la fermeture des lits et les lits-brancards, rien sur les lits d’aval, rien sur l’augmentation de l’ONDAM à 4,5%. Pire c’est une ribambelle de plans financiers, de retour à l’équilibre. Encore moins d’hôpital, encore plus d’ARS !

 

La réponse des personnels et des médecins hospitaliers avec leurs syndicats est NON.

La journée de manifestation prévue le 30 novembre doit être l’occasion de se préparer pour réussir, pour gagner sur les revendications.

La situation est explosive dans tous les secteurs hospitaliers, mais aussi dans les services publics, l’enseignement, les transports… Le secteur privé n’est pas épargné. Nos confrères libéraux exerçant en ville sont eux aussi mis à mal. Les batailles dans lesquelles nous sommes engagés sont des plus importantes : celle pour la défense de nos retraites contre le projet de Macron-Delevoye en est une. La retraite n’est pas une aide sociale d’assistance comme le voudrait Macron. Ces acquis sociaux indispensables pour vivre sont notre propriété, notre salaire différé, nous les avons obtenus par notre travail et nos nuits de gardes qui nous ont souvent détérioré la santé. Dans cette situation, le SNMH FO appelle les médecins hospitaliers :

-à participer à toutes les réunions, assemblées, initiatives prises dans les hôpitaux, dans l’unité d pour réaffirmer nos revendications : l’ouverture de lits, le recrutement de personnels paramédicaux et médicaux, les augmentations de salaire déjà précisées

.-à s’inscrire dans la grève à partir du 5 décembre avec tous les salariés à même de faire lâcher ce gouvernement.

 

SYNDICAT NATIONAL DES MEDECINS HOSPITALIERS

SNMH -FORCE OUVRIERE 153-155 rue de Rome 75017 PARIS

 

document PDF

Contact:

Cyrille Venet

Secrétaire Général Adjoint

snmh.fo@fosps.com

 

Blogapi |
Au Nom des Garrigues |
Les amis de Phiphi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leflambeau
| Collectif pour le Changemen...
| Siteecrasementamphibiensbogeve