HÔPITAUX : L’ HEURE EST A LA MOBILISATION GENERALE DANS L’UNITE !

Posté par snmh-fo le 9 novembre 2019

Paris, le 08/11/19

Dans toute la France, comme à la Pitié-Salpêtrière, à Angers, à Clermont-Ferrand, à Grenoble… des assemblées générales de médecins avec les personnels, leurs syndicats, des collectifs divers se sont réunis. Des mouvements de grève et des initiatives variées continuent aux urgences et s’étendent dans tous les secteurs de l’hôpital.

Des appels syndicaux unitaires, les comités inter-urgence et inter hôpitaux, la conférence des doyens de facultés de médecine, des services en grève ou en mobilisation appellent à la grève le 14 novembre.

Cette grève est soutenue par des syndicats médicaux et des syndicats de personnel. De nombreux modes d’action sont mis en oeuvre : actions médiatiques, grève du codage, grève du zèle…

Le monde hospitalier est en tension majeure comme jamais par le passé.

Tout le monde sait que la cure d’austérité imposée aux hôpitaux est responsable de cette situation. Mme Buzyn vient encore d’annoncer 850 millions d’euros d’économies sur le budget 2020 et sa loi « Ma Santé 2022 » ne fera qu’aggraver cette situation,

Les personnels hospitaliers, les médecins, les malades réclament la réouverture des lits fermés, la revalorisation des salaires des hospitaliers, l’augmentation des effectifs, et non des économies supplémentaires sur la santé ou les hôpitaux.

C’est le seul moyen d’en finir avec les lits brancards, les malades en danger et les soignants en danger.

C’est le seul plan d’urgence possible. Le reste est bavardage et enfumage ou volonté délibérée de casser l’Hôpital Public et de laisser la population sans soins.

Depuis deux ans Mme Buzyn et tout le gouvernement sont informés, alertés (conférences de presse, lettres de 1500 PH, grève des urgences, association Jean-Louis Mégnien, multiples conflits et alertes locales…). Mais ils persistent.

Et ils ne comptent pas s’arrêter là : avec la réforme des retraites, nos salaires nets et nos pensions de retraites diminueraient, l’IRCANTEC disparaîtrait.

Médecins et personnels hospitaliers, nous ne sommes pas seuls à subir les lois qui rendent notre vie insupportable.

La situation est explosive dans tous les secteurs hospitaliers, mais aussi dans les services publics, l’enseignement, les transports publics… Le secteur privé n’est pas épargné.

Les hospitaliers peuvent ils s’en sortir seuls ?

De nombreuses organisations syndicales dans de nombreux secteurs de la CGT, FO, SUD… appellent à la grève à partir du 5 décembre. Il s’agit d’obtenir le retrait de la réforme et de faire céder Macron et le gouvernement.

Dans cette situation, le SNMH FO appelle tous les médecins hospitaliers  :

  • à participer à toutes les réunions, assemblées, initiatives, dans l’unité des personnels médicaux et non médicaux.
  • à s’inscrire dans la préparation de la grève à partir du 5 décembre, seule à même de faire reculer ce gouvernement.

Le SNMH FO revendique :

  • L’arrêt des fermetures de lits, la réouverture des lits fermés, avec le personnel nécessaire.

  • L’augmentation des effectifs déterminée par les assemblées de personnels et médecins

  • La revalorisation des carrières des médecins hospitaliers.

  • L’abrogation des réformes Buzyn, Touraine, HPST, la suppression de l’ONDAM et le retour au prix de journée, pour un financement en fonction des besoins des malades.

  • Le retrait du projet Macron-Delevoye de réforme des retraites

Contact :

Dr Olivier Varnet

snmh.fo@fosps.com

Version PDF

 

Blogapi |
Au Nom des Garrigues |
Les amis de Phiphi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leflambeau
| Collectif pour le Changemen...
| Siteecrasementamphibiensbogeve