Le SNMH FO soutient la grève des anesthésistes-réanimateurs du 31 mars

Posté par snmh-fo le 28 mars 2017

Paris, mardi 28 mars 2017

  

Le SNMH FO (syndicat national des médecins hospitaliers FO) apporte son soutien aux anesthésistes réanimateurs et aux internes d’anesthésie réanimation qui défendent :

 

  -leurs conditions de formation, 

  -leur accès à des postes en réanimation et en anesthésie,

  -l’existence même cette spécialité avec la double compétence,

  -et donc la qualité et la sécurité des soins.

 

Sur le plan scientifique la réanimation médicale et la réanimation chirurgicale couvrent des champs de compétence et d’action différents. Les patients ont besoin des deux spécialités. 

Il serait irresponsable de réserver l’accès à la réanimation à une seule des deux filières par une politique de quota inadaptée aux besoins.

Une telle politique conduirait à une perte de compétence globale et serait à court terme délétère pour les patients. Elle aggraverait encore les conséquences déjà désastreuses du maintien d’un numerus clausus totalement inadapté aux besoins médicaux.

 

Le SNMH FO soutient la grève du 31 mars et se tient à la disposition des internes et des médecins pour toute action commune si le conflit devait s’inscrire dans la durée.

 

 

 

Contact : Olivier Varnet, Secrétaire général SNMH FO

Mail : snmh-fo@fosps.com

fichier pdf appel snmh 31 mars 17

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Le 7 mars à Paris près de 35 000 manifestants ont dit stop à l’austérité et qu’ils n’entendent rien lâcher sur leurs revendications, aujourd’hui comme demain !

Posté par snmh-fo le 10 mars 2017

fichier pdf Communiqué fédéral 7 MARS 2017

Ce 7 Mars 2017 est historique dans l’action de notre Fédération. Près de 35 000 à Paris (dont 20 000 pour FO) pour défiler de Denfert Rochereau aux Invalides, agents hospitaliers, de l’action sociale, de la territoriale, agents de l’État, de la sécurité sociale, de pôle emploi …, tous unis, avec leurs fédérations, contre la politique d’austérité qui frappe tous les salariés et tous les services publics !

TOUS ONT EXIGE L’ARRÊT IMMÉDIAT DES CONTRE-REFORMES DES LOIS SANTÉ AUX LOIS DE REFORME TERRITORIALE

Que cela soit à l’hôpital ou dans le médico-social (public ou privé), dans les collectivités territoriales, dans les services de l’État, la mobilisation et la grève sont à la hauteur du ras-le-bol et de la détérioration des conditions de travail des agents.

Dans le cortège, ces derniers ont à nouveau réaffirmé leur opposition à la suppression de 22 000 postes et de 16 000 lits dans les hôpitaux et à la création des GHT. Ils refusent également les lois de décentralisation (NOTRe et MAPTAM) synonymes de mutualisation des services et de suppressions de postes.

Les taux de grévistes sont très importants dans de nombreux établissements hospitaliers, sociaux, et dans certaines collectivités territoriales. Les agents condamnent les attaques sans précédent de tous les services publics, de la Sécurité sociale et le blocage des salaires.

Dans leur intervention nos responsables de la Fédération ont insisté sur la situation de légitime défense dans laquelle sont les salariés. Ils ont indiqué que si nous sommes là aujourd’hui, nous serons là demain, que nous ne lâcherons rien, cela vaut pour ce gouvernement comme pour le prochain, quel qu’il soit. Et qu’en cas de non-réponse à nos revendications, nous appellerons dans tous les établissements et collectivités les personnels à se réunir en assemblée générale pour débattre des modalités d’actions, de la grève et de sa reconduction.

Le secrétariat fédéral Paris, le 08 Mars 2017

Vidéo médecin hospitalier

Photos de la manifestation

fichier pdf Intervention Denis Basset à la manifestation de Paris 07 03 17

Publié dans Communiqués Fédéraux FO Santé | Commentaires fermés

AP-HP, Lyon, Saint Nazaire, Voiron…Les médecins eux aussi, comme les personnels non médicaux ne sont pas d’accord avec ce qu’il se passe dans les hôpitaux, le 7 mars manifestation nationale vers le ministère

Posté par snmh-fo le 1 mars 2017

entete snmh

Paris, le 28/02/2017

AP-HP, Lyon, Saint Nazaire, Voiron…Les médecins eux aussi, comme les personnels non médicaux ne sont pas d’accord avec ce qu’il se passe dans les hôpitaux,

le 7 mars manifestation nationale vers le ministère

En 2016, la CME de l’APHP s’exprimait ainsi : « La commission médicale d’établissement de l’AP-HP exprime sa préoccupation devant la contrainte budgétaire importante renouvelée. La poursuite de ces efforts financiers dans un contexte d’accroissement d’activité fait courir un risque réel sur la sécurité et la qualité des soins dispensés à nos patients dont nous sommes les garants. Tout en soutenant les efforts de la direction générale et en reconnaissant la qualité technique de ses propositions, la CME ne peut dans ces conditions voter le PGFP. »

A Saint Nazaire, un appel signé en décembre 2016 de la majorité des médecins titulaires adressé à l’ ARH déclare : : « A Saint-Nazaire, nous avons subi une fermeture de 15 lits d’hospitalisation complète depuis mai 2016. Nous constatons dans de nombreux services, une instabilité des équipes paramédicales préjudiciable à la qualité des soins. Nous nous sommes adaptés avec des projets novateurs, mais les efforts demandés à l’ensemble des personnels soignants ont désormais atteint leurs limites. Nous sommes bien conscients que cela découle d’une politique de restriction budgétaire nationale mais nous désapprouvons ces choix politiques qui concernent l’hôpital public et qui vont à l’encontre de notre engagement auprès des patients. »

A Lyon, une lettre est signée de 166 psychiatres du CHS du Vinatier qui face à cette situation disent : « L’argument le plus entendu est : « nous n’avons pas le choix, si nous ne le faisons pas ce sera pire ». Est-ce que le pire n’est pas déjà là ? Devons-nous accompagner en silence ces mesures de restrictions ? N’est-il pas temps de désapprouver des choix budgétaires et politiques qui vont à l’encontre de notre engagement médical auprès des patients ? Nous avons encore le choix d’affirmer une position clinique, citoyenne et politique, celle de la défense de l’hôpital public et du refus de son démantèlement. L’Hôpital ne peut pas être considéré comme une entreprise et n’a pas vocation à être rentable. Une médecine publique de qualité est un choix de société, un investissement pour lequel une société engage les moyens nécessaires. »

A Voiron, médecins et personnels étaient en grève ensemble contre le plan de réduction d’effectif de personnels non médicaux.

Dans tous les services d’urgences et de nombreux autres, les médecins dénoncent les conditions d’accueil et de sécurité sanitaire faite aux patients. Les démissions et burn out se multiplient.

Pendant ce temps Marisol Touraine accuse la grippe d’être responsable de la situation de débordement des urgences.

Cette situation ne peut plus durer.

Les milliards d’économies que Marisol Touraine veut faire se font au détriment de la santé de tous, des soignants comme des malades, et cela se paye en vies humaines.

Ça suffit !

 Le 7 mars à Paris avec les personnels non médicaux, nous exigerons auprès de Madame Touraine :

  • Abrogation de la loi HPST et de la loi Touraine,
  • Arrêt de la réduction des effectifs, embauche immédiate des médecins et personnels nécessaires.
  • Arrêt de la fermeture des lits
  • Arrêt de la politique d’austérité !

Contact : Olivier Varnet

olivier.varnet@orange.fr

Version PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

 

Blogapi |
Au Nom des Garrigues |
Les amis de Phiphi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leflambeau
| Collectif pour le Changemen...
| Siteecrasementamphibiensbogeve