La crise des urgences est la conséquence directe de la destruction de l’ensemble de l’Hôpital.

Posté par snmh-fo le 8 avril 2018

Paris, dimanche 8 avril 2018

 La crise des urgences est la conséquence directe de la destruction de l’ensemble de l’Hôpital.

Les professionnels savent que c’est une question de disponibilité de lits d’aval

 

  Pas un mois ne se passe sans qu’un drame évitable survienne dans un service d’urgences en France. Cette situation n’est en aucun cas liée à une mauvaise organisation des services comme l’affirme la ministre et le président en visite au CHU de Rouen. Le plan « hôpital en tension » prévu pour les situations de crises ponctuelles est utilisé partout de manière chronique. Aucune perspective d’amélioration ne se profile. S’appuyant sur la crise provoquée par la baisse des tarifs hospitaliers, la ministre annonce une réforme dont la base est la fermeture des lits et de services.

Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage, et éventuellement on le rend volontairement malade…

  Le SNMH FO tient à défendre les professionnels qui sont mis dans une situation où la réalisation de leurs missions de soins est rendue impossible, avec des conséquences graves sur leur santé.

  Le SNMH FO apporte tout son soutien aux personnels médicaux et non médicaux qui dans les services d’urgences se battent dans des conditions extrêmement difficiles pour maintenir l’offre de soins, demandent la réouverture des lits fermés, le personnel nécessaire, dans l’intérêt des patients.

  Le SNMH FO apporte son soutien à l’initiative des syndicats du CHU de Strasbourg qui appellent les personnels des urgences à se rassembler le  11 avril au ministère de la santé.

  La crise des urgences est la conséquence directe de la destruction de l’ensemble de l’Hôpital et du système de santé. Le SNMH FO demande avec les médecins et les personnels non médicaux les moyens de fonctionner et de remplir leurs missions. Notre mission c’est de soigner les malades. Pas de rembourser une dette artificielle…

 

Contact : Olivier Varnet,

secrétaire général

snmh.fo@fosps.com

Version PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Le 22 mars avec la fonction publique grève et manifestation

Posté par snmh-fo le 9 mars 2018

Paris, vendredi 9 mars

 

Le 22 mars avec la fonction publique grève et manifestation

 

               En même temps qu’une réforme du financement des hôpitaux, le premier ministre annonçait le 13 février la baisse des tarifs pour les établissements de médecine-chirurgie-obstétrique.

En intégrant l’application sur les tarifs d’un coefficient prudentiel de 0,7 %, la baisse pour 2018 sera de : -1,2 % pour les hôpitaux, -0,9 % pour les cliniques

et -1,7 % pour les établissements non lucratifs.

C’est la quatrième année consécutive que les tarifs baissent !

               La ministre Agnès Buzyn annonce 250 millions d’euros de dégel financier. Mais ce sont des milliards que les hôpitaux devront économiser !

Le déficit global 2017 des hôpitaux dépassera la barre historique de plus d’un milliard d’euros.

 

Ces mesures, imposées par le gouvernement, ont pour objectif d’étrangler encore plus les hôpitaux pour justifier sa « réforme en profondeur de l’organisation et du fonctionnement du système de santé ».

En diminuant les budgets, il s’agit de contraindre les établissements à réduire les lits, les services, les effectifs, pour forcer les hôpitaux, avec les GHT, à se restructurer. C’est la remise en cause de l’accès aux soins sur l’ensemble du territoire. C’est la continuité des lois HPST de Roselyne Bachelot et de la loi de santé de Marisol Touraine qui nous est imposée.

Nous n’avons pas besoin d’une réforme supplémentaire.

Nous avons besoin qu’on arrête d’étrangler les hôpitaux.

Nous avons besoin de pouvoir soigner nos malades !

 Levée du numérus clausus avec plan de formation universitaire en tenant compte des besoins des malades.

  • Arrêt des fermetures de lits, de services et d’hôpitaux avec les GHT.
  • Abrogation des lois HPST de 2009 et Loi de santé de 2016.
  • Suppression de l’ONDAM et des enveloppes fermées.

 

Médecins hospitaliers, nous ne pouvons rien sans le personnel non médical, nous avons besoin que les hôpitaux fonctionnent pour pouvoir soigner nos malades.

Le 22 mars, nous serons avec les personnels hospitaliers en grève et en manifestation, à l’appel des fédérations syndicales CFTC, CGC, CGT, FAFP, FO, FSU, Solidaires  des trois fonctions publiques.

 fichier pdf appel snmh 9 mars

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Dans les EHPAD les personnes âgées malades ont besoin de soins.

Posté par snmh-fo le 2 février 2018

Paris le 01/01/2018

Le SNMH FO se félicite du succès de la grève des EHPAD du mardi 30 janvier et apporte son plein soutien aux mouvements en cours qui ne sont pas terminés avec cette grève. 

Les personnes âgées en EHPAD sont victimes comme dans les hôpitaux du sous-financement des des soins. La dignité qui leur est due est bafouée par les « budgets contraints » imposés et décidés qui n’ont rien d’inéluctable. Le plan « solidarité grand âge » prévoyant un agent par résident doit être mis en œuvre, et aucune priorité budgétaire ne pourrait justifier de ne pas le faire. Sa mise en application entraînerait l’embauche de 200 000 agents en EHPAD, c’est dire le niveau actuel de la sous-dotation de ces structures. Trop souvent des patientes victimes du manque de personnel en EHPAD se retrouvent à l’hôpital, alors que cela aurait pu être évité, attendant de longues heures aux urgences, causes de souffrances supplémentaires. Tout comme Mme Buzyn ne reçoit pas les médecins hospitaliers signataires de la lettre ouverte, Mr Macron ne reçoit pas la délégation. Le mépris pour les personnels et leurs représentants correspond à celui pour les personnes qui sont soignées par eux.

 

Le SNMH FO informera les médecins des suites de ce mouvement qui concerne tous les soignants.

 

Contact : olivier.varnet@orange.fr

Version PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Nos voeux de résistance

Posté par snmh-fo le 12 janvier 2018

L’année 2018 commence avec une crise majeure des hôpitaux et de la médecine. Une fois de plus on observe partout des urgences surchargées avec une attente interminable, des pertes de chances pour les patients aux urgences ou dans les services de soins. La situation n’est pas bien meilleure pour les soignants, qu’ils soient médecins ou paramédicaux, amenés à courir partout et passer des heures à chercher des lits d’hospitalisation.

Or dans ce contexte, les hôpitaux vont subir le plus grand plan social que la France ait connu. L’exercice 2018 sera celui d’une restriction budgétaire historique. Du fait des multiples Contrats de Retour à l’Equilibre Financier (CREF) les hôpitaux vont perdre des milliers d’emplois de personnels médicaux et paramédicaux.

Les patients seront encore et toujours « mal-traités »…

Nous souhaitons pour cette nouvelle année que ce scénario en cours ne se réalise pas.

Tout ceci semble bien huilé : s’appuyant sur une crise sans précédent dans les hôpitaux, madame la ministre Agnès Buzyn prétend sauver le système en réformant la tarification à l’activité (T2A)… S’agit il de redonner aux hôpitaux les moyens nécessaires à leur bon fonctionnement ? Non! Il n’y a rien a attendre du financement au parcours de soins avec un ONDAM qui ne sera pas supprimé, voire encore diminué. Le nouveau financement des hôpitaux risque d’atomiser le système hospitalier.

 

Mais comme le dit la collégiale des chefs de pôle de l’APHP en réponse à une lettre de son Directeur Général Mr Martin Hirsch demandant leur aide pour appliquer une nouvelle restriction budgétaire : « (la collégiale).. ne participera pas à des mesures d’économies réparties selon des critères que nous contestons (…) Voilà plusieurs années qu’au nom de l’efficience des mesures reposant sur une simple équation administrative nous sont imposées. Comme nous l’avions présagé, ces méthodes n’auront abouti qu’à susciter de nouvelles économies confirmant leur inefficacité. »

 

Mais comme le disent 1000 médecins hospitaliers dans une lettre ouverte à la ministre envoyée en septembre dernier et restée à ce jour sans réponse:

«  Nous vivons un plan triennal d’économies (2015-2017) avec des réductions de moyens rebaptisées souvent « restructurations », « amélioration de l’efficience », « virage ambulatoire »…, dont les conséquences sont fermetures de lits par centaines, retard de prises en charge, embouteillage aux urgences, prise de risque, abandon thérapeutique, impossibilité de faire hospitaliser les patients les plus fragiles… (…)

Il est impératif et urgent que la politique hospitalière redonne un pouvoir de décision aux praticiens de terrain qui soignent les patients. Pour cela les commissions médicales d’établissement doivent retrouver leurs prérogatives exécutives et décisionnelles. Les établissements doivent retrouver une organisation en service par spécialité et non par pôle. (…)

Madame la Ministre, nous constatons que vous vous inscrivez dans la continuité de votre prédécesseur en accélérant les GHT donc les fermetures de structures et en annonçant un taux directeur à 2.1 qui oblige les établissements de santé à supprimer de nouveaux postes de dépenses. Avec un taux à 2.6, les établissements sont déjà en difficulté ; un taux à 2.1 annonce donc une aggravation de la situation comme l’expliquent de nombreux directeurs d’hôpitaux. »

Mais comme le disent les huit fédérations de personnels hospitaliers, la situation dans les EHPAD est devenue insoutenable. Elles appellent en intersyndicale à l’initiative de FO à une grève générale dans les EHPAD le 30 janvier prochain pour obtenir des financements leur permettant de prendre en charge les personnes âgées avec la dignité qu’elles méritent.

Nous souhaitons pour 2018 que les hôpitaux retrouvent les moyens budgétaires nécessaires pour soigner les patients correctement, dignement.

Le SNMH FO sait que des vœux ne suffiront pas.

La résistance des médecins et du personnel doit s’amplifier. Nos vœux sont ceux de la résistance. Résistance à la dégradation du système de santé, unité des médecins et du personnel soignant pour défendre notre conception de la santé publique.

 

Pour une meilleure année 2018, adhérez au SNMH FO

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Communiqué Fédération FO Services Publics et Santé Grève du 16 Novembre

Posté par snmh-fo le 14 novembre 2017

Cliquer sur l’image  12

Version PDF

Publié dans Communiqués Fédéraux FO Santé | Commentaires fermés

12345...14
 

Blogapi |
Au Nom des Garrigues |
Les amis de Phiphi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leflambeau
| Collectif pour le Changemen...
| Siteecrasementamphibiensbogeve