Lettre de novembre 2022

Posté par snmh-fo le 26 novembre 2022

à lire dans ce lien :

Lettre du SNMH FO novembre 2022

Publié dans Bulletins SNMH-FO | Pas de Commentaire »

IMPERITIE MINISTERIELLE ET COERCITION

Posté par snmh-fo le 11 novembre 2022

Paris le 28 octobre 2022

Communiqué
En essayant de masquer la réalité du terrain les directions d’hôpitaux sous pression des ARS prennen t des décisions insensées.
Elles de mandent à des médecins et internes d’assurer des permanences ou des astreintes sous la contrainte, souvent en dehors
de leur champ de compétence, dans des ser vices qu’ils ne connaissent pas. L es nouveaux personnels ne so nt plus accueillis par
l es anciens pour se former aux usages et ci rcu its du service comme cela s’est toujours fait dans les hôpitaux . Ces nouvelles
méthodes des directions placent professionnels et patients en situation d’ins écurité. Il n’y a donc ni hasard, ni conco urs malheu-
reux de circonstances. I l y a le fruit d’une politique de destruction des statuts, des individus et des organisations qui faisai en t la
force de nos hôpitaux avant l’ONDAM, les ARS et HPST pour le dire rapidement
Dans ces conditions la mise aux pas , les suspensions, le harcèlement des médecins qui résistent ou qui cherche nt contre vents
et marées à continuer de soigner se multiplient. D e nombreux chefs d e service se voient démis brutalement de leurs fonctions .
L e maintien des suspensions au titre de la loi du 5 aoû t prend un sens nouveau aujo urd’hui : celui d’un acharnement
déraisonnable.
E n refusant de satisfaire l es revendications des organisations syndicales Monsieur Braun n’offre aucune perspective . Les
taliers sont en état de légitime défense lorsqu’ils se mettent en grève comme à Nantes, à Grenoble…
L es grève s, des internes contre une « médecine coercitive », des services contre le blocage des urgence s par « absence de lits
d’aval », se développe nt s’appuyant , entre sur un pr éavis déposé le 3 septembre 2022 par le SNMH FO
A l’heure où l’hôpital craqu e par tous les bouts (pédiatrie, psychiatrie et pédopsychiatrie, EHPAD, accueil des urgences,
régulation, médecine de ville, SSR, chirurgi e, médecine spécialisée…), la seu le réponse du ministre est un no uveau plan
d’attractivité de 150 millions qui n’aura aucun effet positif. L ’ensemble des hospitalier s voit l’impasse dans laquelle Monsieur
Braun continue de nous entrainer Ce dernier ne dit pas un mot concernant les quotas de Parcoursup et la formation des
professionnels , pas un mot sur l’absolue nécessité de former de nouveaux médecins, de mettre en oeuvre une campagne de
recrutement, d’ouvrir les facultés, de rapatrier les étudiants en médecine contraints de se former en Belgique, en Espagne, e n
Roumanie… Pourtant il y a urgence à abolir le numérus clausus, dont on nous disait à grands bruits en 2017 qu’il devenait
« apertus ». Nous savons aujourd’hu i que les carences en médecins et personnels de santé continuent à être organisées.
Les patients ont besoin de médecins. Les instances médic ales, garantes des intérêts des malades et de la déontologie médicale,
doivent exiger qu’ une campagne de recrutement et de form ation soit engagée Accompagner cette politique destructrice n’est
de l’intérêt de personne. Le SNMH FO, à la place qui est la sienne, entend continuer son combat po ur sortir d e cette impa sse
R éunir les m édecins de toutes les spécialités, de to us les statuts avec les internes et les étudiants en médecine , les organisations
syndicales , dans est un enjeu majeur. Trop d’instances médical es accompagne nt le mouvement venu d’en haut au lieu
d’exiger un programme de recrutements en vue de la réouverture des lits , des services, des Ce programme de
réouverture devra être mené par des prof essionnels avec des ordres de missions clair s dans ce sens. Le « système de santé » a
besoin d’être rétabli sur s es bases de service public et de financement par la Sécurité sociale dans cet objectif de réouverture
Contact Presse : Dr Claire Arasomohano 06 80 13 93 48

version pdf fichier pdf SNMH FO 20221028

 

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Pas de Commentaire »

14 octobre 2022 : grève et manifestation des internes à Paris

Posté par snmh-fo le 18 octobre 2022

14 octobre 2022 : grève et manifestation des internes à Paris

Les médecins soutiennent

la grève des internes :

« Ils sont piégés et refusent d’être une variable d’ajustement »(*)

 

(*) lu dans « le Magasine des Jeunes Médecins »

La manifestation est massive, probablement près d’un millier de participants. On ressent le caractère à la fois plein de spontanéité, de maturation, de préparation et de bonne organisation.

Sont présentes plusieurs organisations et syndicats d’internes: ISNI, ANEMF, SRP- IMG, SAIHL, ReAGJIR (Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants). La CSMF, la CFE-CGC, la CGT Santé se sont joints au mouvement.

Le congrès du SNMH-FO, réuni en congrès les 7 et 8 octobre, déclarait :

En grève à partir du 14 octobre : les internes ont raison.

Comment peuvent-ils se former dans ces conditions ? Comment sera assurée la médecine de demain ?

Le 3 septembre, le SNMH FO dépose un préavis de grève à durée illimitée à la demande des internes de Grenoble qui ont sollicité le syndicat pour les protéger. Le préavis est proposé à titre conservatoire. En effet, par carence de médecins, les internes ne veulent pas exercer seuls aux urgences. Le préavis est ainsi libellé : « les médecins et les internes veulent pouvoir exercer leur droit de retrait et bénéficier de la protection fonctionnelle à laquelle ils ont droit compte tenu des situations concrètes et des conditions d’exercice aux urgences sur le CHU de Grenoble, sur les deux sites censés être accessibles aux patients 24/24. En effet ces conditions mettent en danger les patients et les professionnels de santé. »

 

La manifestation se déroule sous la pluie. Rapide, déterminée, active, très volontaire, avec beaucoup de créativité, révélant un potentiel important, la volonté d’aller de l’avant. Présence féminine prédominante.

Une jeunesse très actuelle, simple, très directe, ne s’embarrassant pas de contraintes formelles. Sacs à dos et baskets. Quelle évolution ! Présence d’une fanfare très dynamique et consistante. Chanson « Il était un petit ministre qui ne savait pas écouterOhé Ohé Ohé.. ».

 

Après un arrêt devant le ministère, la manifestation se dirige vers le Sénat.

La police et la gendarmerie étaient visiblement pris de court devant l’importance de cette manifestation. Ils ont ouvert la voie en direction du Sénat, en reculant leur ligne qui fermait l’accès de l’avenue Duquesne où se trouvaient les manifestants.

Loin de constituer une aggravation du problème de l’offre de soins, la grève des internes est un point d’appui pour tous les médecins pour s’unir et unifier les revendications, afin d’entamer une reconstruction qui doit commencer par l’abrogation des dispositions légales qui nous ont désorganisés à ce point.

« Envoyer les internes seuls, dans des déserts médicaux serait irresponsable tant vis-à-vis de la population concernée que de nos jeunes confrères» estime la CSMF (Confédération des Syndicats Médicaux Français) dans un communiqué.

 

Les internes réclament le retrait de la mesure.

Devant leur détermination, le ministre François Braun, a tenté de d’apaiser les esprits en déclarant que cette l’année de consolidation ne comprendra pas de « mesures coercitives »…

 

Plus que jamais, retrouvons-nous autour des revendications qui font l’unanimité :

 

- Respect du temps de travail des internes et du droit de grève,

- Refus de l’allongement des études médicales : quatrième année sous payée en dehors de l’hôpital,

- Abolition du Numerus Clausus source de la catastrophe organisée depuis 50 ans, poursuivie par la régionalisation,

- Garantie des conditions d’encadrement des médecins en formation,

- Titularisation des médecins et des personnels paramédicaux et administratifs dans un service : FORMER, RECRUTER, NOMMER,

- Respect des temps de repos, de formation, du ratio patients/soignants,

- La réintégration de tous les médecins et personnels suspendus,

SNMH FO soutient les initiatives de grèves et manifestations interprofessionnelles pour l’augmentation des salaires et le respect du droit de grève organisée le 18 Octobre.

 Lien PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

Assemblée générale du 7 octobre 2022

Posté par snmh-fo le 9 octobre 2022

PROCES VERBAL DE L’ASSEMBLEE GENERALE STATUTAIRE DU SNMH FO DU 7 OCTOBRE 2022 : 

  1. RAPPORT DE TRESORERIE ET QUITUS A LA TRESORIERE (CF DIAPORAMA) : adopté à l’unanimité,

  2. RAPPORT MORAL ET BILAN D’ACTIVITE : adopté à l’unanimité

  3. BUREAU ELU : 17 pour 6 contre :

- secrétaire général : Dr Cyrille Venet

- secrétaire général adjointe : Dr Claire Arasomohano

-secrétaire général adjoint : Dr Basile Gonzales

-secrétaire général adjoint : Dr Olivier Varnet

-trésorière générale : Dr Julie Matéo

-trésorière générale adjointe : Dr Blandine Benet

fichier pdf AG 7 octobre 2022 Composition du bureau

RESOLUTION DU COMITE NATIONAL DES 4-7 OCTOBRE  2022 : fichier pdf Résolution adoptée _CN du 4 au 7 octobre 2022

RESOLUTION PROTECTION SOCIALE – CONGRES DE ROUEN – JUIN 2022 : fichier pdf Annexe 3 – Circ. n° 108-2022 – Résolution Protection sociale (1)

Publié dans Flash Infos | Pas de Commentaire »

En grève à partir du 14 octobre : les internes ont raison.

Posté par snmh-fo le 8 octobre 2022

Comment peuvent-ils se former dans ces conditions ? Comment sera assurée la médecine de demain ?

 

Le 3 septembre, le SNMH FO dépose un préavis de grève à durée illimitée à la demande des internes de Grenoble qui ont sollicité le syndicat pour les protéger. Le préavis est proposé à titre conservatoire. En effet, par carence de médecins, les internes ne veulent pas exercer seuls aux urgences. Le préavis est ainsi libellé : « les médecins et les internes veulent pouvoir exercer leur droit de retrait et bénéficier de la protection fonctionnelle à laquelle ils ont droit compte tenu des situations concrètes et des conditions d’exercice aux urgences sur le CHU de Grenoble, sur les deux sites censés être accessibles aux patients 24/24. En effet ces conditions mettent en danger les patients et les professionnels de santé. »

 

La presse se fait régulièrement l’écho de soi-disant « erreur » et « retard » aux conséquences dramatiques. Il ne s’agit pas pour nous de cela, il s’agit d’un défaut de moyens, lui-même résultat d’une politique. Il s’agit du résultat d’une politique de trente ans organisant la constante déstructuration du tissu sanitaire et médicosocial.

La qualité des prises en charge et de l’encadrement est directement liée à la solidité et à la stabilité de l’équipe médicale et paramédicale du service. Les recours aux mobilités intra hospitalières et géographiques, la territorialisation des ressources médicales et paramédicales, le recours massif à l‘intérim médical et paramédical ne peuvent constituer une organisation pérenne. Ils constituent, au contraire, des facteurs de dégradation des conditions de soins pour les patients, des facteurs de dégradation des conditions d’enseignement et d’encadrement pour les internes, des facteurs de prise de risque et d’inconfort pour l’ensemble de l’équipe « titulaire » médicale comme paramédicale. Ils sont le terreau de la fuite des personnels et des futurs médecins. Le SNMH FO s’associe également à l’exigence du respect du droit de grève et des règles d’assignation.

Loin de constituer une aggravation du problème de l’offre de soins, la grève des internes est un point d’appui pour tous les médecins pour s’unir et unifier les revendications, afin d’entamer une reconstruction qui doit commencer par l’abrogation des dispositions légales qui nous ont désorganisés à ce point.

Le SNMH FO appelle les médecins à se réunir en toute indépendance à cette occasion pour obtenir :

-        Le respect du temps de travail des internes et du droit de grève,

-        Le refus de l’allongement des études médicales : quatrième année sous payée en dehors de l’hôpital,

-        L’Abolition du Numerus Clausus source de la catastrophe organisée depuis 50 ans, poursuivie par la régionalisation,

-        La garantie des conditions d’encadrement des médecins en formation,

-        La titularisation des médecins et des personnels paramédicaux et administratifs dans un service : FORMER, RECRUTER, NOMMER,

-        Le respect des temps de repos, de formation, du ratio patients/soignants,

-        La Revalorisation des salaires, des indemnités de garde, des astreintes et du temps de travail additionnel de l’ensemble des personnels hospitaliers

-        L’intégration dans le calcul de la retraite des indemnités de gardes et d’astreinte,

-        L’octroi des quatre années d’ancienneté pour les praticiens hospitaliers nommés avant le 1er octobre 2022,

-        La réintégration de tous les médecins et personnels suspendus,

-        Le retour aux inscriptions libres en école de santé nécessitant l’abrogation de Parcours-sup.

Cette sécurisation des conditions d’exercice permettrait à terme d’éradiquer le recours à l’intérim médical devenu aujourd’hui proche de l’exercice forain,

 

Adopté à l’unanimité du congrès des 7 et 8 octobre 2022 à Paris.

 

 Version PDF

Publié dans Communiqués Nationaux SNMH-FO | Commentaires fermés

12345...33
 

Blogapi |
Au Nom des Garrigues |
Les amis de Phiphi |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Leflambeau
| Collectif pour le Changemen...
| Siteecrasementamphibiensbogeve